Vidéo-protection

PRÉVENIR – SÉCURISER Sécurité et tranquillité Vidéo-protection

Initié en 2012, le réseau saint-michellois de caméras de vidéo-protection a été doublé ces dernières années.

N’importe qui ne peut pas avoir accès aux images. L’entrée dans le CSU est très réglementée.

Le réseau est visionné en temps réel par un agent assermenté, installé au Centre de Surpervision Urbain (CSU).

En 2016, le dispositif a été renforcé par la mise en place d’un report des images vers le commissariat de Police Nationale de Sainte-Geneviève-des-Bois, afin d’assurer une continuité de service. En revanche, seul le CSU peut effectuer des enregistrements vidéo, exclusivement sur réquisition écrite d’un officier de police judiciaire.

Il est impossible à l’opérateur ou à qui que ce soit de visionner les parties privatives : les habitations, façades d’immeubles et jardins sont automatiquement masqués par le logiciel de visionnage.

Ceci étant rappelé, la vidéo-protection a une utilité indéniable pour la sécurité des personnes et des biens, la protection des bâtiments publics et de leurs abords, mais aussi pour la sécurité routière et la régulation du trafic.

La bonne entente entre le CSU de Saint-Michel et la Police est indispensable à l’efficacité du système.

Pour renforcer l’efficience et la qualité de cet outil au service de la sécurité des Saint-Michellois, le réseau a été équipé de 15 caméras supplémentaires, le portant à 27 caméras. Le choix des emplacements est très réglementé. Il est fait par la Ville, en concertation avec la Police, en fonction des secteurs qui sont les plus exposés en matière de délinquance mais aussi parce qu’ils couvrent des points de passage utiles à l’action des forces de l’ordre.