Tribunes politiques

REPRÉSENTER – PARTICIPER Tribunes politiques

Retrouvez dans cette rubrique, les différentes tribunes publiées par les groupes du Conseil municipal.

Tribunes de novembre 2019

SAINT-MICHEL ENSEMBLE

Les prochaines élections municipales auront lieu en mars 2020. Durant cette période pré-électorale, les collectivités locales sont soumises à des règles strictes en matière de communication pour respecter l’équité entre tous les candidats, comme le précise l’article L.52-1 du Code électoral. La tribune de la majorité est donc suspendue jusqu’à cette date.

Groupe de la Majorité Municipale
“Saint-Michel Ensemble”


 

ENTENTE DES DÉMOCRATES ET DES RÉPUBLICAINS

texte non parvenu

Marie-Élisabeth Barde et Laurie Bartebin


 

SAINT-MICHEL EN COMMUN, ALTERNATIVE CITOYENNE

Après les multiples bricolages sur les rythmes scolaires qui ont déstabilisé enfants et familles, le maintien injustifié de la fermeture des accueils périscolaires à 18h30 au lieu de 19h, l’avenir s’annonce encore plus inquiétant.
L’urbanisation désordonnée de la ville provoque un accroissement des effectifs dans les écoles. Après avoir levé la réserve foncière pouvant permettre la création d’un équipement petite enfance et/ou scolaire, le maire s’obstine à ne pas vouloir réviser les secteurs scolaires, très mal redécoupés en 2010. Dans la précipitation, on nous impose le seul choix d’extensions sur 3 ans avec des équipements modulaires. Outre les chiffrages contradictoires sur l’évolution des effectifs et les coûts de ces travaux, ces extensions vont réduire les espaces de détente et donc la qualité de vie et d’apprentissage pour les enfants.
Un rapport reconnait la multiplication « des indicateurs de fragilisation et de paupérisation » et un « regain de tensions ». Les acteurs éducatifs ont été conviés à des groupes de travail (climat de quartier, décrochage scolaire, parentalité). La municipalité se limite à créer 2 postes de médiateurs scolaires au contour très flou, alors que nous proposons en vain la création d’un service de prévention-médiation articulé avec tous les partenaires (CEPFI, APES, Mission locale, établissements scolaires).
Nous votons régulièrement des motions demandant des moyens supplémentaires pour les écoles, les collèges et le lycée. L’aggravation des difficultés scolaires et des conditions sociales dans le quartier du Bois des Roches, nécessiterait le dédoublement des classes de CP et CE1, l’extension du dispositif “école à attention particulière” aux écoles maternelles Blaise Pascal, Lamartine et Descartes et le classement en Réseau d’Education Prioritaire du collège Boileau. Face à l’inertie, nous soutenons la marche organisée le 16 novembre par le collectif « Bois des Roches mobilisé » afin d’exiger les moyens de la réussite scolaire pour tous les enfants.
Pour en discuter, rendez-vous citoyen : samedi 9 novembre de 10h30 à 12h, salle Berlioz.

Jean-Louis Berland, Françoise Poli, Corinne Bediou, Clément Jehanno, Maurice Boyé
stmichel.encommun@gmail.com


 

GROUPE ÉCOLOGISTES ET CITOYENS CŒUR D’ESSONNE

La tribune des élus de la majorité municipale a été suspendue le temps de la période pré-électorale en invoquant l’article L52-1 du code électoral, pouvant ainsi laisser penser que les listes d’opposition ne respectent le droit.
Que dit cet article du code électoral ? « Pendant les six mois précédant le premier jour du mois d’une élection et jusqu’à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite. A compter du premier jour du sixième mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections générales, aucune campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d’une collectivité ne peut être organisée sur le territoire des collectivités intéressées par le scrutin. Sans préjudice des dispositions du présent chapitre, cette interdiction ne s’applique pas à la présentation, par un candidat ou pour son compte, dans le cadre de l’organisation de sa campagne, du bilan de la gestion des mandats qu’il détient ou qu’il a détenus. Les dépenses afférentes sont soumises aux dispositions relatives au financement et au plafonnement des dépenses électorales contenues au chapitre V bis du présent titre. »
Plus que la tribune libre, l’équité serait de cesser d’associer la photographie de la future candidate de la droite aux actions menées par la municipalité. Pour notre part, plus que des arguties, nous mettons l’accent sur les insuffisances entretenues de concertation, qui restent la marque de la municipalité. Ainsi du projet Coeur de ville dont le groupe de travail avec les habitants (mais en réalité sans aucun habitant) sur le choix des arbres à planter n’a pu qu’évoquer sans amendement possible le projet de la municipalité et sur lequel la seule concertation prévue sur le devenir de la place Carné ne se fera qu’après que les cabinets d’études aient rendus leurs décisions. Ou encore du budget participatif qui fait l’impasse sur le débat d’orientation budgétaire, moment pourtant propice pour faire partager les grands enjeux et de vrais choix. Des mots … peu d’actes associés.

Isabelle Catrain et Christian Soubra
https://ecologistescitoyens-cde.blogspot.fr


Archives 2019