Violences conjugales et intrafamiliales

Actualités actualités Violences conjugales et intrafamiliales

Dernière mise à jour : 6 novembre 2020

Alors que le deuxième confinement a débuté, de nombreuses personnes victimes de violences conjugales ou intrafamiliales se retrouvent enfermées chez elles. Que vous soyez victime ou témoin, des dispositifs sont en place pour venir en aide à tous ceux qui en ont besoin.

Le contexte sanitaire est un facteur aggravant pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants lorsqu’ils sont confinés avec leurs agresseurs. Les victimes peuvent donc quitter leur domicile à tout moment, sans devoir disposer d’une attestation.

Vous pouvez appeler le 17 ou le 112, ou utiliser le 114 par SMS en cas de danger immédiat.

Les autres services à disposition

  • le 39 19, numéro gratuit et anonyme (en semaine de 9h à 22h et les samedis, dimanches et jours fériés de 9h à 18h), qui dispose également d’un partenariat de 2 000 courses gratuites avec Uber jusqu’au 31 mars 2021
  • un site internet est disponible 24h/24 et 7 j/7 avec un tchat anonyme et non traçable : https://arretonslesviolences.gouv.fr/
  • l’application « APP-ELLES » de soutien entre femmes : https://www.app-elles.fr/
  • un tchat gratuit : www.commentonsaime.fr
  • le dispositif “Alerte pharmacie”, qui permet de se signaler en pharmacie. L’officine se charge ensuite d’alerter les forces de l’ordre
  • le 119 est à la disposition des enfants (appel gratuit 24h/24, 7j/7)
  • le 01 40 47 06 06 (le lundi de 10h à 13h et de 14h30 à 17h30 ; le jeudi de 10h à 13h) est à la disposition des femmes en situation de handicap

Témoin ou victime, osez en parler

  • À votre entourage, à des amis de confiance
  • Aux professionnels : CCAS, Maison des Solidarités, hôpitaux, mairies, etc.
  • Aux associations : CIDFF, Femmes Solidarité 91, etc.

Se protéger

  • Préparer ses valises
  • Se mettre en lieu sûr, en sécurité chez des amis
  • Demander une adresse postale (domiciliation au CCAS ou dans une association pour recevoir du courrier en toute discrétion)
  • Se renseigner sur ses droits : vous pouvez demander une ordonnance de protection (contact MEDIAVIPP 91)

Il ne faut pas hésiter à porter plainte